Rachat d’entreprise par une personne : Les démarches pas à pas

Le rachat d’entreprise n’est pas une tâche aisée. Il exige souvent un financement assez important. Dans les prochaines années, ce type d’opportunités va de plus en plus croître, car, elles constituent des alternatives avantageuses pour la création d’entreprises ayant déjà des salariés.

Il est toutefois important de savoir comment s’y prendre pour pouvoir trouver une entreprise adéquate à acheter en fonction du projet que vous souhaitez développer. 

Préparation du projet de rachat d’entrepris

Racheter une entreprise ou ses parts vous exige d’anticiper à l’avance certains éléments. À cet effet, la préparation du projet de cession est primordiale pour la création ou son obtention. Elle déterminera à l’avance si le rachat d’actions que vous allez opérer est le bon. Cette préparation implique une analyse de vos motivations et objectifs pour la nouvelle société. 

La personne qui initie l’achat doit déterminer sagement les bases du projet en se référant à des critères qu’il aura établis à l’avance : domaine d’activité, l’industrie, la région, la taille de la société (infrastructures, salariés). Cette personne doit également prendre en compte les moyens financiers à mobiliser pour la réalisation de la cession, le business plan. 

Par ailleurs, elle doit informer sur le statut qu’il a en tant que repreneur. En fonction de ces éléments, il doit cibler le type d’entreprise à racheter qui va dans le même sens que le projet qu’il souhaiterait développer afin de racheter des actions utiles. 

Ce travail demande beaucoup de concentration et de précision de la part de l’entrepreneur. C’est pourquoi, l’assistance d’un conseiller est toujours recommandée. Vous pouvez mieux faire en suivant une formation qui sera plus détaillée. 

évaluation entreprise

Recherche d’une entreprise à reprendre

Après avoir établi votre projet de cession d’entreprise, l’étape qui suit est la recherche d’une société mise en vente. Pour le faire, vous avez plusieurs options à votre disposition. Vous pouvez consulter des annonces ou alors opter pour une approche directe. 

Une autre option serait de vous rapprocher d’un expert qui pourra mieux vous guider pour trouver l’entreprise qui s’adapte le mieux à vos besoins. Ne sous-estimez pas l’impact de vos proches. Activez le réseau de votre entourage (famille, amis, collègues) afin de minimiser les coûts de recherche de la société. 

La publication d’une offre de cession d’entreprise sur les sites de rencontre pour entrepreneurs peut aussi être une solution. Ceux-ci proposent des algorithmes de  »matching » automatiques et une page de chat qui permet de s’entretenir avec le cédant. Le champ du web étant très étendu, vous trouverez plus rapidement l’entreprise que vous recherchez. 

Sélectionnez les entreprises cibles 

Lorsque vous avez repéré des entreprises en vente, procédez à une sélection de celles qui vous intéressent. Il s’agit d’une sélection préalable qui vous permettra d’optimiser le temps prévu pour le projet. Travaillez de manière structurée et organisée pour pouvoir maximiser les chances d’obtenir une proposition de cession en adéquation avec votre projet de rachat d’entreprise et avantageuse pour vous. 

En tant qu’investisseur, votre évaluation doit prendre en compte la localisation de l’entreprise, la clientèle, le nombre de salariés, les technologies utilisées, la concurrence et bien d’autres aspects déterminants qui figurent dans votre projet de rachat. Mettez directement de côté les dossiers qui ne conviennent pas à ce que vous recherchez pour la création de votre nouvelle entreprise.

Diagnostiquer et évaluer l’entreprise

Il est important pour les investisseurs d’opérer le diagnostic de l’entreprise à racheter. Il permet de recueillir des informations importantes sur la société à racheter comme la distribution des parts, le niveau des ventes et bien d’autres. Ces informations vous permettront de vous renseigner progressivement sur l’entreprise et de prendre une décision. 

Si vous décidez de poursuivre le projet, procédez à la construction du business plan et commencez le montage des éléments juridiques et financiers.

L’évaluation d’une société à racheter n’est pas une chose simple. Elle prend en compte le paramètre comptable, le potentiel de la société ainsi que son capital matériel. Pour une évaluation de qualité, il est essentiel de suivre un certain canevas : recueillir des informations, réaliser le diagnostic de l’entreprise, procéder à un retraitement économique et, pour finir, appliquer les méthodes d’évaluation.

L’audit et la lettre d’intention

Le lancement de l’audit survient lorsque votre diagnostic et votre évaluation ont été menés à bien. Vous avez donc validé un dossier de cession viable, et envisagez de réellement racheter l’entreprise cible. Il sera, de ce fait, question de rendre formels certaines bases fondamentales du dossier de rachat. 

Par exemple, le cédant peut solliciter une clarification et une affirmation de vos objectifs avant de vous divulguer des informations confidentielles. Vous pouvez aussi, de votre côté, obtenir des compromis sur des points essentiels avant d’user de moyens d’étude et réaliser l’audit de reprise de la société. 

Ce dernier vous permet de vérifier la fiabilité des informations données par le vendeur et également de vous assurer que les coûts ne sont pas exorbitants. En général, lorsque vous achetez le fonds de commerce de la société, on parle d’une analyse détaillée de ses contrats et de son chiffre d’affaires

C’est grâce à la lettre d’intention que les deux parties peuvent déterminer le cadre de la négociation, ainsi que ses limites. Chacun d’eux va faire part de ses intentions et à la fin, il parviendra à un contrat.

Faire le choix du montage juridique

Il existe différents types de montage juridique. Chacun d’eux s’adapte à une situation donnée. Tout dépend de l’avantage qu’il vous procure. Si l’entreprise que vous souhaitez racheter est une société individuelle, alors, vous ne pourrez reprendre l’actif principal (fonds de commerce). Si vous voulez racheter une grande société, vous aurez à faire le choix entre reprendre le fond ou bien de reprendre les titres. 

En fonction de l’option que vous choisirez pour le rachat, les conséquences fiscales et juridiques seront différentes. Que ce soit du côté du vendeur ou de celui qui rachète. En conséquence, ce choix représente un élément fondamental de la négociation à traiter. Les négociations concernant le rachat de l’entreprise doivent être traitées avec diplomatie au risque de tomber en désaccord avec le cédant.

Le financement du rachat de l’entreprise

Le financement pour le rachat d’une entreprise va dépendre de plusieurs paramètres. Que ce soit votre business plan ou votre situation financière, le financement du projet de rachat de votre entreprise cible sera la résultante d’un regroupement de plusieurs autres financements. Les trois choses à faire sont les suivantes : 

  • Trouver des solutions de renforcement de votre apport personnel : plusieurs alternatives d’aide ou de prêts s’offrent à vous, et cela, avec des avantages non négligeables.
  • Se rapprocher des banques et des financements solidaires pour obtenir un prêt.
  • Trouver des solutions pour assurer l’acceptation de votre prêt bancaire.

Vous pouvez également vous tourner vers le cédant pour obtenir un crédit. Celui-ci est généralement remboursable sur 1 à 3 ans maximum. 

Closing et leadership des premiers jours de l’entreprise après le rachat

Après la signature de l’accord de rachat de l’entreprise avec le cédant, des formalités non réversibles sont remplies afin que l’entreprise puisse définitivement vous appartenir. Toutefois, ces premiers jours en votre possession ne seront pas forcément les meilleurs si vous manquez de méthode. 

En général, après le rachat d’une société, celle-ci connaît une période flottante. Pour que la transmission de l’entreprise soit complète, assurez-vous de substituer l’ex-dirigeant de manière subtile. Mettez à profit le temps de cohabitation afin d’asseoir proprement votre leadership. Que ce soit avec les salariés ou les personnes extérieures.

score transmissibilité évaluation entreprise