La transmission d’une entreprise en France n’est pas simple.

De nombreuses études commandés par le gouvernement et les organisations professionnelles le démontrent depuis plus de 10 ans.

Le marché de la vente d’entreprise manque de fluidité et beaucoup d’entreprises disparaissent car elles ne trouvent pas de repreneur.

Gardez une bouteille de champagne au frais…. la transmission de votre entreprise risque de prendre un peu de temps.

Les raisons les plus souvent évoquées de l’échec sont :

entreprise vendable

Les petites entreprises sont elles condamnées à disparaître ?

La France comporte une particularité par rapport à de nombreux autre pays : 99% des entreprises sont des TPE ou des PME.

C’est pour ainsi dire la quasi-totalité de notre tissu économique qui est composé de sociétés de moins de 10 salariés (TPE) ou de moins de 250 salariés (PME).

C’est un véritable problème quand il est question de mettre en vendre : Dans une petite entreprise, la majorité du savoir-faire repose sur son dirigeant ou une équipe restreinte. Cela présente un risque pour le repreneur qui à besoin d’avoir les bonnes compétences et de s’assurer que l’équipe reste fidèle.

Les petites entreprises ne sont pas pour autant condamnées. Il est possible pour un repreneur de réussir à vous succéder mais il doit pouvoir s’appuyer sur un certain nombre de qualités.

Notre point de vue est qu’il faut 6 recettes principales pour qu’une entreprise puisse changer de mains :

  1. Un modèle économique fiable
  2. Un portefeuille client diversifié
  3. Une bonne efficacité des actifs de l’entreprise : son équipe, ses équipements, sa technologie
  4. Une capacité à se différencier des concurrents (en faisant différent ou mieux que les autres)
  5. Un potentiel de croissance (c’est probablement la motivation principale d’un repreneur)
  6. Une autonomie vis-à-vis de sa Direction : l’entreprise doit pouvoir survivre sans vous

La notion de taille critique est pourtant vraie : les entreprises de moins de 10 personnes auront du mal à générer un patrimoine transmissible.  Avec un peu de travail, il est cependant possible d’essayer de se différencier de ses concurrents et de se concentrer sur des segments de marché qui permettent de générer de la valeur à long-terme.

Vous pouvez trouver quelques exemples d’actions dans notre dernière analyse sur la transmission d’entreprise du BTP.

statistiques transmission entreprise

Transmission d’entreprises en 2016, Ministère de l’Economie

La transmission d’entreprise demande des efforts

Il faut mettre en place une stratégie pour rendre votre entreprise attractive.

C’est un processus complet qui doit permettre d’obtenir une rentabilité solide et d’avoir une bonne maîtrise de ses salariés, ses clients et ses fournisseurs.

Cela prends du temps, car les impacts économiques mettent du temps à apparaître dans un bilan.

Il n’est pas rare d’entendre dire qu’une vente d’entreprise prends environ 2 ans.

Il faut tenir compte de l’état de l’entreprise à céder, de son potentiel de développement, de sa situation financière. Pour qu’une reprise se déroule dans de bonnes conditions, il faut également que le courant passe entre le cédant et le repreneur. Ce point est important car il recouvre une dimension psychologique, affective. Pour le chef d’entreprise qui se sépare de sa société, de son ‘bébé’, l’affaire n’est pas simple.  CRA via La Tribune

Alors, par où commencer ?

Test gratuit : Est-ce que votre entreprise sera facile à vendre ?

  • Évaluer mon entreprise
  • Obtenez votre score gratuit et confidentiel, en 12 minutes. Les sociétés avec un score de transmissibilité supérieur à 81% séduisent les meilleurs repreneurs et se vendent mieux.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trouver un bon repreneur prends du temps

Nous avons évoqué dans un autre article la méthode pour trouver un repreneur.

Il y à plusieurs choix possibles :

  • la transmission à un membre de la famille ou à un salarié
  • trouver un repreneur extérieur
  • vendre à un fonds d’investissement
  • transmettre partiellement l’entreprise

Viser un bon deal pour le cédant et du repreneur

Le juste équilibre consiste à arriver à un accord qui donne satisfaction à la fois aux exigences du cédant et celles qui vont permettre à un repreneur de réussir son projet.

Cela passe par une valorisation qui permette d’assurer un bon niveau de vie après la vente et récompenser le travail accompli. Tout en permettant de ne pas créer une dette trop importante pour le futur.

C’est aussi en prévoyant un accompagnement qui garantira le transfert des connaissances importantes et de faire le “tour des clients”.

vendre mon affaire