Comment reprendre une entreprise ? Guide complet

La reprise d’une entreprise n’est pas à improviser. C’est une opération dont la réussite ne peut être validée qu’en passant par plusieurs étapes.

Un repreneur qui souhaite acquérir une entreprise doit forcément effectuer une analyse complète des pratiques juridiques, fiscales et financières indispensables à la réussite de son projet de reprise. Il existe aussi des méthodes et des outils qu’il faut maîtriser afin de mener à bien une telle opération dans les meilleures conditions.

Quelles sont les étapes indispensables à la réussite d’une opération de reprise ? Si votre objectif est de reprendre une entreprise, ce guide vous renseigne sur les différentes étapes indispensables pour une telle opération.

Rédiger un projet de reprise d’entreprise

La première étape pour la reprise d’une entreprise est la rédaction du projet de reprise. C’est une étape à laquelle, en tant qu’acquéreur, vous anticipez les possibles événements à venir. Pour cela, commencez par analyser les motivations qui vous poussent à acquérir l’entreprise. Définissez vos objectifs en listant les critères de choix, par exemple :

  • Le secteur d’activité ;
  • La région ;
  • L’industrie ;
  • La taille de l’entreprise.

L’idéal est de cibler un type d’entreprise à reprendre qui répond à votre projet personnel. Aussi, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un spécialiste de transmission afin de bénéficier des conseils adéquats. Vous pouvez faire appel par exemple à un conseiller des chambres consulaires, un expert-comptable, un avocat spécialisé ou encore un notaire.

La préparation du projet peut également nécessiter une formation. Sachez que plus votre projet de reprise est soigné, plus vous serez en mesure de faire face aux partenaires financiers ou aux experts en cession et acquisitions d’entreprise.

entreprise vendable

La recherche d’entreprise à acquérir

Après la préparation du plan de projet de reprise de la société, c’est le moment de rechercher les éventuelles entreprises à reprendre. À cette étape, plusieurs solutions s’offrent à vous. En effet, vous pouvez :

  • Activer les réseaux familiaux, amicaux et professionnels ;
  • Vous rapprochez d’experts ;
  • Consulter des annonces sur Internet ;
  • Prospecter les entreprises en direct ;
  • Avoir accès aux bourses de candidats cédants et repreneurs.

L’idéal est de viser les TPE (Très Petites Entreprises) et les PME. N’hésitez pas à publier votre « offre repreneur » sur les sites entrepreneuriaux qui intègrent un algorithme de Matching automatique et d’un chat.

La sélection la cible

Un pré-diagnostic de reprise est indispensable pour une première sélection des sociétés à reprendre. Cela vous permet d’optimiser votre temps. Pour ce faire, organisez-vous afin de maximiser vos chances de dénicher un meilleur business plan parmi les nombreux contrats et qui répond à vos exigences.

Il est important de passer rapidement sur les dossiers des entrepreneurs dont les contrats ne présentent pas grand intérêt que lors de ces premières analyses.

La rencontre avec le cédant

À cette étape, vous rencontrez le cédant (l’ex-entrepreneur) afin de mieux progresser dans la compréhension du dossier de rachat de son business. L’idéal pour cette rencontre avec le dirigeant a lieu dans son entreprise, et surtout, pendant un jour de forte activité, car cela présente plusieurs avantages. En effet, cela permettra de :

  • Se faire une idée du climat qui règne au sein de la société à racheter ;
  • Vérifier à quel point le cédant est prêt à vous communiquer les informations sur sa société ;
  • Mesurer l’urgence de la vente envisagée, la motivation sous-jacente du vendeur ;
  • Connaître les personnes susceptibles d’influencer sur sa décision.

L’ambiance de communication, la facilité d’accès à l’information, tous les signaux de participation au projet de transmission indiqueront le niveau d’engagement du cédant à transmettre son entreprise.

L’évaluation de l’entreprise cible : le diagnostic

Avant de racheter une entreprise, il est indispensable de réaliser un diagnostic. Cela vous permet en tant que futur dirigeant de collecter le plus d’informations possible sur l’entreprise. Ainsi, vous êtes en mesure de prendre la décision d’officialiser ou non le rachat de l’entreprise. Cependant, il ne faut pas confondre diagnostic et audit.

Vous vous approchez ainsi d’une première valeur d’entreprise en cas d’avis favorable. Il devient plus facile d’élaborer un business plan et d’entamer une procédure juridique et financière. Il faut également préciser que l’évaluation de la société n’est pas une opération purement comptable.

En effet, la procédure d’évaluation doit prendre aussi en compte le potentiel de la société et son capital humain. L’idéal est de suivre une procédure rigoureuse en 4 étapes afin de rendre votre procédure d’évaluation légitime. Ces 4 étapes sont :

  • La collecte d’informations ;
  • La réalisation des diagnostics ;
  • Les retraitements économiques ;
  • Le choix et la mise en pratique des méthodes d’évaluation.

Vous pouvez faire appel à un professionnel pour mieux comprendre comment faire un diagnostic optimal.

Lancement des audits et le montage juridique

Vous avez réalisé le diagnostic et l’évaluation, validé le premier plan d’acquisition d’entreprise viable, vous envisagez donc sérieusement de reprendre l’entreprise ? À un certain stade de vos échanges, vous pouvez, comme le vendeur, ressentir le besoin de formaliser certains éléments essentiels du document.

Le cédant peut exiger une clarification de vos intentions avant de fournir de nouvelles informations. À votre tour, vous pouvez obtenir un accord sur des points essentiels avant de conclure quelconque marché. Dans la pratique, lors de l’achat de fonds de commerce, il ne s’agit pas d’audit proprement dit, mais d’analyse approfondie du chiffre d’affaires et des contrats.

Par ailleurs, une lettre d’intention devra être adressée au cédant afin de définir le cadre et les limites de la négociation. C’est un élément essentiel pour parvenir à un véritable accord lors de la signature des contrats.

Le montage juridique et le business plan

Racheter une entreprise individuelle ne donne droit qu’au principal actif du fonds de commerce. En revanche, racheter une société offre deux choix, à savoir reprendre son fonds ou reprendre ses titres. Les conséquences juridiques varient en fonction de type de rachat effectué.

Après, vous devez rédiger le business plan de reprise. C’est un document indispensable pour poser votre stratégie et vos objectifs. Il vous oblige aussi à ajuster les informations. En somme, le business plan est un élément essentiel pour réaliser un financement.

Le financement et les différentes aides

Le financement d’un projet de reprise dépend de vos ambitions et de votre situation personnelle. Cela résulte également de plusieurs sources de financement. En dehors de votre apport personnel, vous pourrez demander des aides de différentes institutions financières.

Dans la logique de la négociation, un protocole d’accord est un acte d’accord formel entre vous et le cédant. Il représente l’acte juridique le plus important dans une action publique, car il aborde généralement tous les points de la négociation un par un. 

Il définit les droits et obligations des parties, établit les conditions générales correspondant au projet d’acquisition, et prescrit les calendriers opérationnels restants et les actions à mener pour réaliser l’acquisition.

vendre entreprise