Comment calculer le prix d’une part d’une entreprise : La méthode

La vie d’une entreprise et parfois même sa création nécessite de conclure un pacte d’actionnaires. Dans ce cas, qu’il s’agisse d’une société du genre SAS ou même SARL, il est important de déterminer le montant des parts sociales sur lesquelles est reparti le capital social. Cette valeur cruciale intervient dans le calcul de plusieurs données, pouvant nuire à la vie d’une entreprise si elle est négligée.

Plusieurs méthodes sont utilisées pour évaluer le prix d’une part d’entreprise. Chacune d’elles repose sur ses propres principes et les approches sont toutes différentes. On vous dit tout sur comment calculer le prix d’une part d’entreprise.

Méthodes d’évaluation du prix d’une part d’entreprise

Avant d’évaluer les parts d’une entreprise, il faut pouvoir en distinguer la nature. Dans le cadre d’une SARL, on parlera de parts sociales alors qu’on parlera plutôt d’actions en ce qui concerne une SAS. Les méthodes d’évaluation du prix de l’entreprise partent de la méthode patrimoniale à la méthode comparative en passant par la méthode des flux de trésorerie.

La méthode patrimoniale

Cette approche consiste à déterminer la valeur des parts d’une entreprise par l’historique de cette dernière. La facilité d’adaptation des méthodes patrimoniales et leur vitesse de mise en œuvre font que plusieurs optent pour celle-ci dans le but d’évaluer les parts d’entreprise.

La valeur ou prix d’action d’entreprise correspond dans le cas de cette méthode à l’Actif Net Comptable (ANC) ou Situation Nette. Plusieurs facteurs influent par contre sur cet actif et en constituent les limites. C’est le cas des facteurs extérieurs tels que la valeur du marché, le reclassement des provisions non justifiées et la fiscalité qui impactent fortement l’ANC.

Même si cette méthode d’évaluation d’entreprise est reconnue pour ne pas déterminer à juste valeur le potentiel économique de l’entreprise, elle est prisée de certains en raison de ses attraits qui sont entre autres :

entreprise vendable
  • sa facilité de mise en œuvre ;
  • la fiabilité des indications sur la valeur de liquidation et de remplacement ;
  • en cas de petite entreprise, cette méthode donne le prix minimal des parts d’entreprises ainsi que sa rentabilité stable.

Évaluer le prix d’action d’une entreprise en se servant de la valeur patrimoniale consiste donc à préalablement prendre en compte ses attraits ainsi que les inconvénients dans son analyse. Se répartissant sur deux méthodes principales, elle sert à évaluer les entreprises avec des actifs significatifs dont la rentabilité est restreinte.

L’ANCC consiste à retenir uniquement les valeurs réelles de l’actif et du passif. L’ANCR quant à elle ajoute la revalorisation du fonds de commerce en reprenant l’actif net comptable corrigé. C’est ainsi que les méthodes les plus utilisées pour le calcul du prix d’une part social d’entreprise sont variées. Leur démarche et les calculs à mener prendront également compte de la nature de l’entreprise.

Evaluer le prix de vos parts en ligne

  • 👍 Évaluer mon entreprise gratuitement

  • Obtenez votre score gratuit et confidentiel, en 12 minutes. Les sociétés avec un score de transmissibilité supérieur à 81% séduisent les meilleurs repreneurs et se vendent mieux.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

La méthode des flux de trésorerie

Autrement connue sous le nom de méthode DCF qui signifie en anglais Discounted Cash Flows Method, elle repose sur un certain principe. Ce dernier indique qu’un actif génère des flux de trésoreries futurs et que sa valeur représente la valeur actuelle nette de ces derniers. Les flux de trésorerie disponibles reviennent quant à eux aux actionnaires et bailleurs de fonds.

Ils sont d’ailleurs calculés avant le paiement des charges financières. Calculer la valeur d’une entité par la méthode des flux de trésorerie disponibles consiste donc à faire la somme entre les flux de trésorerie générés. Ceux-ci doivent être préalablement actualisés au taux qui reflète le niveau de risque de l’actif qu’on souhaite évaluer.

Dans le cadre de l’application de cette méthode à une entreprise, il faut tenir compte des prévisions de croissance, d’investissement et de rentabilité à long terme. Ces hypothèses sous-jacentes doivent être construites au préalable. Le taux d’actualisation des flux futurs qui reflète la structure financière de l’activité ainsi que son niveau de risque intervient également dans l’évaluation d’une entreprise.

Cette valeur est obtenue à la suite d’une actualisation des flux de trésorerie disponibles au coût moyen pondéré du capital. L’approche d’évaluation indirecte en ce qui la concerne intervient dans le cadre du calcul de la valeur des capitaux propres. Celui-ci consiste en une déduction de la dette financière nette. Il est aussi possible d’appliquer la méthode du DCF aux actionnaires.

Si le principe reste le même, c’est une autre méthode qui est appliquée. Il s’agit donc, au travers du Discounted Free Cash Flow to Equity, d’une actualisation au coût des capitaux propres. Dans le cas de cette méthode, il faut retenir que les flux de trésorerie ne sont disponibles que pour les actionnaires. 

La valeur de marché de ces capitaux propres peut être déterminée par le bien de plusieurs méthodes. Une approche directe consiste simplement à faire la somme actualisée des flux de trésorerie accessibles aux actionnaires.

La méthode comparative

Ce procédé consiste, comme son nom l’indique, en une comparaison de la valeur d’une entreprise avec celle d’une autre qui possède les mêmes caractéristiques. Elle se base généralement sur une confrontation entre une entreprise récemment cédée et une autre sur le point de changer de propriétaires pour des estimations plus précises.

Encore appelée méthode des barèmes, on y recourt pour sa simplicité. Elle présente une démarche identique à celle qui précède l’acquisition d’un bien immobilier. Elle est d’ailleurs utilisée assez souvent lors des cessions d’entreprises ou de commerce. 

Les transactions enregistrées au niveau des chambres consulaires sont par exemple utilisées au cours de la comparaison. Elle pourrait précéder la reprise d’une entreprise ou même celle d’un fonds de commerce. 

Le barème ou le ratio du même secteur d’activité est également un élément assez important dans cette démarche. Il sert habituellement à établir une valeur théorique de l’entreprise. Bien qu’assez complète, cette méthode peut être additionnée aux précédentes. Elles permettent donc une évaluation du montant nominal des parts sociales.

vendre mon affaire